Bienvenue au QUÉBEC/CANADA
Royaume de la torture, de la fraude et de la corruption
dossier CSST No : 106451255 de Jean GODBOUT
« Victime du crime organisé des gouvernements du Québec et du Canada »

 


le crime organisé

 

Monsieur Jacques Saint-Laurent
Commissaire à l'Éthique et à la déontologie

Objet : Plainte contre les 125 députés et dépravés de l'Assemblée nationale du Québec (Premier février 2017)

 

Monsieur Saint -Laurent

Voici une preuve supplémentaire à l'effet que les 125 députés de l'Assemblée nationale du Québec violent leur serment d'office qui stipule :

« Je, (nom du député(e)), déclare sous serment que je serai loyal envers le peuple du Québec et
que j'exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice dans le respect de la constitution du Québec.
 »

j'ai informé par courriel, encore une fois et plus d'une centaine de fois, tous les députés(es) de l'Assemblée nationale du Québec et ce depuis 23 ans, que je suis victime d'un crime de torture de la part de la CSST et de son fonctionnaire Robert BOULERICE, fraude commise avec la complaisance et la collusion du dorteur Louis E. ROY neurologue du Bureau d'Évaluation Médicale (BÉM) et du docteur Paul MAILHOT orthopédiste qui ''oeuvre'' pour la CSST et le patronat du Québec. Le fonctionnaire du gouvernement du Québec (CSST) Robert BOULERICE a falsifié mon diagnostic médical (la CSST avait déjà rendu une décision acceptant ma réclamation pour une double hernie discale, donc la CSST savait pertinament que mon médecin avait diagnostiqué les deux hernies) mais 11 jours plus tard on m'envoyait en expertise médicale chez le docteur Paul MAILHOT orthopédiste de la CSST qui conclut à une simple entorse lombaire guérie. C'est rien de nouveau ou n'inhabituel que les médecins de compagnies ou de la CSST mentent et triche pour éviter de payer, n'est-ce pas ?  Tout le monde connaît ce genre d'histoires d'horreur ou les assureurs tentent de s'esquiver de leur obligations avec de la magouille, de la fraude ou de la complaisance ou même de la tricherie qui comme dans mon cas est denenu un acte de négligence criminelle grave, puisque cela a engendré dix semaines de torture et plongé dans l'invalidité pour la vie.

Comme la loi le prévoit lorsqu'il y a divergence d'opinon entre le diagnostic du médecin traitant d'un travailleur accidenté et le médecin de la CSST, le dossier est acheminé au Bureau d'évaluation Médicale (BÉM) afin qu'un autre médecin ''expert'' arbitre entre les deux diagnostics différents ou qui s'opposent. LE BÉM est supposément un bureau médical neutre et indépendant, mais dans les faits, le BÉM et la CSST sont tous deux sous la responsabilité du ministère du travail du Québec et ainsi je cherche encore ou est la neutralité et l'indépendance de ce bureau médical, mais cela est une autre histoire et il n'y a pas lieu de faire ce débat ici.

Toujours est-il que lorsque mon agent de CSST Robert BOULERICE a produit, conçu et écrit la requête destinée à l'arbitrage du BÉM ou le médecin devait choisir entre l'un ou l'autre des diagnostics, comme par magie ou par miracle le diagnostic de mon médecin est ''devenu'' une entorse lombaire ... (il y a crime et fraude ici, le diagnostic accepté par décision écrite de la CSST est double hernies discale). Donc l'arbitre se voyait arbitrer entre un diagnostic d'entorse lombaire VS un diagnostic d'entorse lombaire ... voilà les dés étaient pipés par ce crime d'État et bien sûr, le docteur Louis E. ROY du BÉM a conlut à une entorse lombaire  !!!!

Mon médecin confirme d'ailleurs ce fait à la caméra d'Enjeux de Radio-Canada qui s'est penché sur ce dossier ; (voir à 5 minutes 40 secondes) : https://www.youtube.com/watch?v=LST8tKkq49w

C'est ainsi que mon agent a rendu une nouvelle décision écrite déclarant un nouveau diagnostic de simple entorse lombaire guéri. La CSST cessait les traitements médicaux, cessait l'indemnisation de remplacement du revenu et on me retrournait au travail, merci et boujour la visite.

Le HIC et il y a un HIC, c'est que des examens complémentaires demandées par le docteur Robert LEFRANÇOIS neuro chirurgien qui me suivait, notament une discographie lombaire, ont démontrés que mes deux hernies étaient rupturées, et ça c'est bien plus grave qu'une double hernies diacale, en fait c'est une URGENCE CHIRURGIALE afin de minimiser les séquelles neurologique à prévoir, un drapeau ROUGE en médecine. La preuve finale et concluante de la rupture discale est le protocole opératoire de neuro-chirurgie ou le docteur Lefrançois pratique un curetage pour retirer le nuclus (noyau du disque) qui s'est échappé des disques fissurées et ainsi décompresser les racine nerveuses, voilà la preuve scientifique et irréfutable.

Pour rajouter à la catastrophe en devenir, mon employeur, comme la loi le prévoit, est imputé de cet accident de travail et cela augmente ses cotisations à la CSST pour l'ensemble de ses travailleurs. Soudainement, alors que j'étais selon ses dire devant les caméras de Enjeux de Radio-Canada l'un de ses meilleurs machiniste, je suis devenu un ennemi et l'employeur voulait de débarasser de moi et que quitte mon emploi. Pour ce faire, pour ne pas dire pour m'écoeurer, il m'a donné des pièces à travailler qui pesaient entre 100 et 125 livres (et ce n'est pas une allégation, l'employeur forcé par subpoena de venir témoigner au Tribunal du Collège des médecins a déclaré qu'il avait fait pesé sur une balance les objets qui étaient inscrit sur mes rapports de travail afin d'en connaître le poids exact (dans le domaine de l'aviation, tout est consigné et enregistré, c'est la loi pour la sécurité) ces chiffres de 100 à 125 livres ont été enregistrés par la sténographe de l'audience et je possède les dits documents de preuve)).

Du 14 mars 1994 au premier juin 1994, alors que j'aurais dû être en salle d'opération d'urgence, porteur d'une rupture discale, alors que je marchais à quatre pattes, la colone vertébrale en ''S'' et les larmes à l'oeil tellement la douleur était intense et insupportable, pendant dix semaines j'ai dû travailler avec ces lourd poids.  Pour l'avoir vécu et subi, c'est de la torture, monsieur le Commissaire, et c'est criminel. Résultat, ce traumatisme d'une violence extrême a provoqué une compression de ma moelle épinière et une aggavation considérable de la lésion initiale et je suis désiormais invalide à vie avec de graves, permanente et incurable séquelles neurologique.

Aucun des 125 députés n'a aucun reproche à faire à la CSST ou à Robert BOULERICE pour cet ''événement''  ... il semble que les 125 députés approuvent que la CSST commette ce genre de négligence criminelle, ils approuvent que la CSST puisse torturer et rendre des travailleurs accidentés invalide à vie (et c'est le résultat, monsieur le Commissaire) et tous ces députés ont fait le serment d'être loyal et d'exercer leur fonctions de député avec honnêteté et justice dans le respect de la constitution du Québec ... Comme vous le savez sans doute, la Charte des Droits de la personne du Québec est intégrante à la constitution et cette Charte prévoit, notament, le droit à la santé, à la sûreté et à l'intégrité physique. Dans le cas qui nous occupe, il est manifeste que ces trois droits fondamentaux ont été violés et bafoués. De plus la Charte offre la ''garantie'' d'une réparation si l'un ou plusieurs de ces droits reconnus par la Charte sont violés. Les députés violent ainsi leur code d'éthique et de déontologie. Qui ne dit mot consent et qui consent à la torture, à la falsification de diagnostic médical, à la destruction de la santé et de l'intégrité physique se rends coupable de ces crimes.

Pour fin de démonstration, j'ai ajouté deux pages web à l'intérieur de mon site Internet ou j'ai republié une preuve d'envoie de ces courriels ainsi que la preuve d'accusés de réception de la part des députés qui répondent et accusent réception, mais ils ne le font pas tous, mais la preuve de l'envoit aux 125 députés est là et rendue publique, tout comme cette plainte d'ailleurs à : http://jeangodbout.ca/csst/ethique-deontologie.html

Voici les deux pages Internet qui prouvent que j'ai bien acheminé les lettres aux 125 députés : http://jeangodbout.ca/csst/complices.html  et  http://jeangodbout.ca/csst/complices-2.html

 

 À la Chambre des communes, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de sécurité publique, Matthew Dubé, a demandé si le gouvernement libéral allait abroger les directives fédérales à la lumière de la «banalisation effrayante de la torture» par M. Trump.

M. Goodale a affirmé qu'un processus d'examen était toujours en cours pour s'assurer que les directives ministérielles soient en phase avec les politiques et les pratiques du gouvernement du Canada. Le ministre a aussi dit que la torture était en contradiction avec la Charte canadienne des droits et libertés, le Code criminel et les traités internationaux dont le Canada est signataire.

«Plus important encore, la torture est jugée odieuse par les Canadiens, et nous la rejetons», a dit M. Goodale.

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201701/30/01-5064673-lappui-de-trump-a-la-torture-accroit-la-pression-de-divers-groupes-sur-ottawa.php


 

En observant la loi du silence (OMERTA) comme ils le font,  je suis d'avis que les 125 dépravés membre en règle de l'Assemblée natioanle du Québec se rendent tous des complice de cet acte criminel, barbare, cruel et inhuamain et contreviennent au Code d'Éthique et de déontologie de l'Assemblée nationale du Québec, donc je porte plainte contre les 125 députés (es).

Si la ministre du travail Dominique VIEN responsable de la CSST et les 124 autres députés(es) ne s'opposent à ce que la CSST détruise des vies, qui le fera ?

Le seul député qui s'est scandalisé c'est M. François REBELLO du parti québécois alors critique officiel de l'opposition en matière de travail et parce qu'il a ''osé'' dire la vérité, sa chef du parti québécois Pauline MAROIS l'a jeté à la porte. On le constate, il est interdit au Québec pour un député de contester le crime organisé de la CSST et c'est sans doute la raison pour laquelle tous les députés observent la première règle de toute mafia, la loi du silence. Il y a donc un gros ménage à faire avec la corruption des 125 dépravés et complices criminel membre en règle du crime organisé de l'Assemblée nationale du Québec, le royaume de la fraude, de la torture et de la corruption.

Jean GODBOUT
http://jeangodbout.ca

 

  P.S. Monsieur Jacques Saint-Laurent, Commissaire à l'Éthique et à la déontologie, ne me dites pas que j'ai enfreint la loi sur les droits d'auteur en copiant l'image au haut de la page, c'est inutile, la liberté d'expression permets de critiquer et d'utiliser une petite partie d'une propriété intellectuelle afin d'exposer un problème d'intérêt public. J'ai déjà expérimenté le processus légal en cour supérieure avec succès.

De la même manière, bien sûr, il est interdit de diffuser une pièce musicale intégrale du début à la fin sans le consentement de l'auteur ou de son propriétaire, mais on peut en diffuser quelques secondes, la loi est ainsi faite, merci.

----------------------

From: Jean GODBOUT
Sent: Wednesday, February 01, 2017 6:58 PM
Subject: Plainte contre les 125 députés et dépravés de l'Assemblée nationale du Québec (Premier février 2017)

Sherbrooke, le premier février 2017

Monsieur Jacques Saint-Laurent
Commissaire à l'Éthique et à la déontologie

  • 800, place D’Youville
    4e étage, bureau 4.02
    Québec (Québec)
    G1R 3P4
  • par téléphone : 418 643-1277
  • par télécopieur : 418 643-1318
  • par courriel : info@ced-qc.ca

Objet : Plainte contre les 125 députés et dépravés de l'Assemblée nationale du Québec

Monsieur Jacques Saint-Laurent, je constate que vous ne m'avez pas prit au sérieux lorsque je vous ai envoyé une plainte récemment contre les 125 députés de l'Assemblée nationale qui sont tous complices d'un crime de torture, alors je n'ai eu d'autre choix que de rendre cette plainte publique sur Internet afin que le monde entier puisse ''admirer'' votre travail à titre de Commissaire à l'éthique et à la déontologie. Évidemment le monde ne me suit pas sur Internet, mais mon site est passablement visité suite à mes nombreuse démarches et dénonciations qui occupent une grande place dans ma vie et j'y consacre beaucoup d'heures de travail quotidiennement, 7 jours sur 7. Excusez ma franchise, mais selon moi le crime de torture est inadmisible sutout au Québec/Canada et rejeté par l'ensemble des Canadiens et Canadiennes et illégal selon les traités internationaux dont le Canada est signataire.  Aux dernière nouvelles que j'ai eu, le Québec fait encore parti du Canada et les référendums sur la souveraineté du Québec ont été rejetés par l'ensemble de la population, c'est ce qu'on appelle la démocracie. Le Québec est donc toujours une province du Canada qui est signataire de nombreux traités internationaux contre la torture, c'est un engagement juridique qui doit être respecté. Autrement dit, pas passe droit pour les crimes de torture commits par des fraudes de la CSST et falsification de diagnostic médical. Ce fut une négligence crimielle, n'en déplaise à Martin PRUD'HOMME chef de la Sûreté du Québec qui ''protège et sert'' le crime organisé du gouvernement du Québec.

Vous trouverez ma plainte à :  http://jeangodbout.ca/csst/ethique-deontologie.html

Ainsi que la preuve de mes communications avec les 125 députés à :  http://jeangodbout.ca/csst/complices.html  et  http://jeangodbout.ca/csst/complices-2.html

Je suis présentement à faire de même avec tous les députés de la Chambre des communes à Ottawa, avec l'ensemble des sénateurs du Sénat du Canada, ainsi qu'avec environ 75 présidents de pays différent, de premier ministre ou de Rois et Reines à travers la planète.

Veuillez donc me prendre au sérieux, le monde peut vous regarder et vous observer, grâce à Internet il n'y a plus de secrets.

 

Jean GODBOUT
Victime d'un crime d'état
http://jeangodbout.ca

 

-------------------------------------------------

Se plaindre à l'État d'un crime d'état
c'est comme demander à un accusé de juger sa propre cause !
Évidemment il va se déclarer ''non coupable''.

Autrement dit me plaindre au commissaire à l'éthique et à la déontologie à une personne qui fut avocat au service juridique de la CSST
et comme premier avocat au bureau de révision paritaire ce cet organisme (la CSST)
c'est comme être jugé dans un cause de CSST par le juge Raynald FRÉCHETTE j.c.s.  qui fut membre du conseil d'administration de la CSST pendant environ dix ans,
de la pure foutaise, de la corruption du crime organisé ! Croyez le ou non c'est ce qui m'est arrivé !
Dire que la Charte des Droits de la personne reconnait le droit à une audition indépendant et impartiale ... OUFFFFF!

Décidément, le Québec est le royaume de la corruption et du crime organisé !



HOME