BIENVENUE AU Québec / Canada
ROYAUME DE LA FRAUDE, de la TORTURE et de la CORRUPTION

 CSST No : 106451255  Jean GODBOUT
« Victime du crime organizé des gouvernements du Québec et du Canada »

 

Lettre ouverte envoyée au Conseil exécutif du syndicat de la CSN.

 
 

Envoyé par formulaire le 17 février 2017 : https://www.csn.qc.ca/mouvement/structure/executif/francine-levesque/

 
Francine LÉVESQUE - 1re vice-présidente

Madame Francine Lévesque je suis tombé en bas de ma chaise lorsque j'ai constaté que le conseil exécutif de la CSN m'ait bloqué par Zéro spam ...

En résumé bien court, en 1994 j'ai été ''planté'' par la CSST (mon agent de CSST a falsifié mon diagnostic médical) et deux mercenaires médicaux au service du crime organisé de la CSST ont produit de fausses expertises médicale et finalement on m'a retourné au travail alors que j'avais une rupture discale et pendant 10 semaines j'ai dû travaillé avec des pièces qui pesaient entre 100 et 125 livres. Résultat, ce crime m'a rendu invalide à vie, la rupture discale est une URGENCE CHIRURGICALE. Cette fraude de la CSST a d'ailleurs été exposée publiquement par Enjeux de Radio-Canada et à l'époque M. Marc LAVIOLETTE alors président de la CSN m'avait aidé même si je travaillais dans une usine non syndiquée. 23 ans plus tard, le dossier n'est toujous pas réglé je travaille d'arache pied pour obtenir justice et réparation et la la CSN me bloque .... c'est quoi la joke ?

Est-ce que la CSN approuve que la CSST commette des crimes et détruise des vies pour enrichir le patronat qui engraisse les caisses électorale ?

Est-ce que la CSN est du bord du patronat ou du bord des travailleurs ?

Vraiment, ça va pas chez vous (à la CSN)!

Jean GODBOUT
http://jeangodbout.ca 


-----------------------------

From: ZEROSPAM
Sent: Thursday, February 16, 2017 6:44 PM
To: victime@aei.ca
Subject: Your email was blocked by ZEROSPAM / Votre message a été bloqué par ZEROSPAM


Your email with the subject "European Commission, letter to all members to inform them about the crime of torture comited in Quebec / Canada" was considered undesirable by ZEROSPAM for the following recipient(s):

csnexecutif@csn.qc.ca

This email has been quarantined and may be released by the recipient(s). You may also contest this verdict by following this link:

http://www2.zerospam.ca/dsn/index.php?server=malik.zerospam.ca&aid=L3fhgWBgewqu8FQRhQF&from=victime%40aei.ca&lang=en

Please note that your address has not been blacklisted by ZEROSPAM.


--------------------------------------------------------------------------------

Votre courriel ayant pour sujet « European Commission, letter to all members to inform them about the crime of torture comited in Quebec / Canada » a été jugé indésirable par ZEROSPAM pour le(s) destinataire(s) suivant(s):

csnexecutif@csn.qc.ca

Ce courriel a été mis en quarantaine et peut être libéré par les destinataires. Vous pouvez aussi contester ce verdict en suivant ce lien:

http://www2.zerospam.ca/dsn/index.php?server=malik.zerospam.ca&aid=L3fhgWBgewqu8FQRhQF&from=victime%40aei.ca&lang=fr

Prière de noter que votre adresse n'a pas été blacklistée par ZEROSPAM.

------------------------------------------------------------------------------------

 
Jacques LÉTOURNEAU
Président de la CSN

-------------------------------------------------------------

Dans l'ancien temps de Michel CHARTRAND et de Marc LAVIOLETTE, la CSN aidait les accidentés du travail
Aujourd'hui la CSN vide les poches des travailleurs et ne fait strictement rien pour les travailleurs accidentés.

 

Du Medicus paperici au Medicus vautourus
les mêmes préjugés anti-travailleurs

 medicus paperi

Lucie Laurin

 

Jusqu'à 10 heures 55 le vendredi 6 décembre, chacun a cru que ça y était, que le ministre du Travail Matthias Rioux cédait sur toute la ligne au Conseil du patronat, à la CSST et à la FTQ, et livrait les travailleurs accidentés, non seulement pieds et poings liés, mais aussi bâillonnés, aux becs crochus et aux serres puissantes des Medicus vautourus (BEM).

La CSN et de nombreux organismes réclamaient la tenue d'une commission parlementaire: le ministre refusait de les laisser parler et souhaitait profiter de ce que l'attention était monopolisée par le secteur public pour faire adopter à toute vapeur son projet de loi 79. La ténacité des opposants aura finalement eu raison de l'incurie ministérielle.

La CSN réclame depuis nombre d'années l'abolition du Bureau d'évaluation médicale (BEM), ce tribunal d'arbitrage médical extrêmement coûteux et dont les décisions ont été renversées une fois sur deux en appel en 1994-95. Et c'est principalement parce que le projet de loi 79 n'améliore en rien le processus d'évaluation médicale -- au contraire, il ajoute une autre expertise avec des délais difficiles à respecter -- que la CSN l'a combattu avec acharnement.

Mais le patronat et la CSST tiennent par-dessus tout au BEM, qui sert à décourager les accidenté-es du travail et à s'en débarrasser. En effet, après avoir été examinées par une dizaine ou une quinzaine d'experts sans voir le bout du tunnel, plusieurs victimes finissent par abandonner, le moral brisé ou à court d'argent, ce qui a un effet dissuasif sur les autres. D'autant plus que la grande majorité des décisions du BEM renversent l'opinion du médecin traitant.

 

Les dés pipés

Il faut dire que devant le BEM, les dés sont pipés. C'est la CSST qui prépare le dossier, un dossier absolument inéquitable: de la part du médecin traitant, elle ne retient qu'un petit formulaire, sans mentionner aucun des examens ni analyses qu'il a prescrits. Elle peut même rajouter à l'iniquité en trichant: en transférant le dossier de Jean Godbout au BEM, par exemple, la CSST a fait disparaître la mention <<hernie discale double>> pour ne laisser que celle d'<<entorse lombaire>>. Résultat: forcé de reprendre le travail avant d'être guéri, Jean GODBOUT est aujourd'hui gravement handicapé à vie.

Par contre, de la part du médecin patronal, la CSST envoie un dossier volumineux dans lequel toute l'histoire personnelle de la victime est gracieusement étalée et commentée. Est-ce une femme qui a été violentée par son conjoint? Un homme que ses parents ont abandonné dans son jeune âge? Autant de situations susceptibles d'amener l'<<expert>> du BEM à conclure que le mal de la victime réside entre ses deux oreilles, tout le reste étant du <<fake>>...

 

Une nouvelle espèce est née

L'examen devant le BEM ne dure que cinq ou dix minutes. Ce qui n'empêche pas quelques zélés de faire déshabiller entièrement les victimes -- des femmes, surtout -- sans leur fournir de jaquette. Après quoi tombe une décision hautement prévisible: l'<<expert>> du BEM recopie fidèlement l'opinion du médecin patronal, même avec les erreurs! C'est ainsi qu'en recopiant la décision d'un médecin patronal qui s'était trompé de sexe -- la dame était devenue un monsieur-- un médecin du BEM a écrit, lui aussi, que <<monsieur n'a aucune lésion>>.

La décision de l'<<expert>> du BEM lui rapportera une somme de $300. À ce prix, certains ont vite calculé que ça vaut largement la peine d'oublier jusqu'au mot soigner. Ils sont très riches aujourd'hui. D'autant plus riches qu'avec les années, le BEM a écrémé la liste des médecins experts pour réserver ses contrats lucratifs aux seuls <<amis du régime>>.

Ainsi, à force de sélection des mercenaires médicaux les plus cupides et serviles, est apparue une nouvelle espèce:

le Medicus vautourus (BEM), à côté de laquelle le Medicus paperici (CSST), le médecin de papier tant décrié de la CSST, apparaît presque inoffensif!

Lucie Laurin (CSN).

 

HOME